L’Art’Cuterie : de la charcuterie au street art

L’Art’Cuterie : de la charcuterie au street art
Manger & Boire - 31/10/2019 00:00:00

Sylvain Di Mascio et Stephen Acral ont inauguré le 25 janvier L’Art’Cuterie, leur concept store aux allures tendance et vintage, sans pour autant perdre l’authenticité de cet ancien commerce de quartier.

Le Petit Paumé s’y est rendu, et parce qu’on est des gens bons et pas des sales amis, on partage tout ça avec vous !

Une rencontre atypique 

Qui eut cru que la vente d’un tableau aboutirait à un lieu si farfelu ? Stephen, fort d'une longue carrière dans le secteur bancaire, achète un tableau dans la galerie d'art de Sylvain. Las de leur travail respectif, et après nombre de leurs déjeuners hebdomadaires du lundi, ils décident de se lancer dans cette aventure farfelue.

art'cuterie 2

 

Un concept store aux recoins insolites

Le résultat est surprenant : oubliez vos étalages de charcut’, la banque de froid est maintenant assortie de bijoux, d’objets connectés et autres bizarreries. L’étagère réfrigérée déborde de produits européens, dont des tasses, des tableaux en feutrine et des statuettes grecques en plâtre. Le laboratoire est désormais une véritable galerie d’art qui met en avant des artistes locaux. À l’étage entièrement rénové, se partagent la mezzanine, qui accueille des meubles vintage datant des années 40 aux années 80 et un coin barbershop où vous pourrez prendre soin de vos poils en admirant des œuvres de Sylvie Perrin ou de Graffmat, deux artistes de la région Rhône-Alpes et en achetant des accessoires pour homme made in France. Vous n’en avez pas assez ? Ça tombe bien. La chambre froide, dont les murs sont déjà tapissés de peintures street art et des sérigraphies de Tinou, accueillera dès mars un salon de tatouage.

 

« Il fallait démystifier et casser les codes de la galerie d’art », le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est fait, et le tout, avec faïence et tapisserie d’origine, s’il vous plaît.

art'cuterie 3

 

Comme avec une bonne planche de saucissons, le maître mot, c’est le partage.

« L’idée c’est que l’art soit accessible pour tous ». L’art de la région surtout. Sont mis en avant des artistes à 50% lyonnais, comme Nicolas Rigaux et bien d’autres, dont ceux cités ci-dessus. On peut aussi toucher avec les mains, avec un éventail de prix qui s’étale de 7,50 à 3000€, il y’en a pour tous les portefeuilles. N’hésitez pas à repartir avec des cadeaux, ils seront emballés avec du vrai papier à charcuterie ! 

art'cuterie 4

Le PPP : Le Plus du Petit Paumé : L’Art’Cuterie, c’est aussi un lieu où on passe un bon moment, avec de la bonne musique choisie par Sylvain, où tout simplement on partage. À l’occasion, elle ouvrira bientôt ses portes (et pas uniquement celles de la chambre froide), à des nocturnes et à des vernissages. Ça promet !

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus