Le Centre International de Recherche contre le Cancer fait peau neuve à Gerland en 2021

Le Centre International de Recherche contre le Cancer fait peau neuve à Gerland en 2021
Actualité Lyonnaise - 06 févr. 2020

Il y a peu, nous vous parlions du quartier de la Tête d’Or dans notre présentation de l’organisation Interpol, installée à Lyon depuis près de 30 ans. Aujourd’hui, il est temps de parler d’un autre quartier : Gerland ! En effet, d’ici quelques mois, le 7è arrondissement accueillera une nouvelle organisation internationale : l’“International Agency for Research on Cancer” (IARC), en français le “Centre International de Recherche sur le Cancer” (CIRC). Courant 2021, ce nouveau centre sera en capacité d’accueillir 400 chercheurs et chercheuses originaires du monde entier, regroupant plus de 50 nationalités différentes !

Qu’est-ce que le CIRC ?

Cette agence onusienne, qui fait partie de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS - ou WHO en anglais), oriente depuis des décennies ses activités autour de la recherche contre le cancer.

Créé en 1965 à l’initiative du président de la République Charles de Gaulle, sous la pression d’un groupe d’intellectuels français dirigé par le journaliste, homme politique et officier français Emmanuel d'Astier de la Vigerie (qui avait lui-même perdu sa femme du cancer), le CIRC oeuvre depuis plus d’un demi-siècle pour la recherche de solutions face au fléau qu’est le cancer.

Reprenons les mots de feu le général de Gaulle de 1963, qui éclairent sur la mission du centre ! "L'idée de promouvoir la recherche sur le cancer au sein d'une institution internationale procède d'une inspiration généreuse et je considère comme souhaitable que la France s'y intéresse. Il me paraît, en effet, conforme à ses traditions qu'elle s'engage dans une œuvre où se retrouve une triple vocation : la coopération entre les peuples, le progrès de la condition humaine et l'avancement des sciences.”

Le CIRC participe aussi à l’éducation et la formation des chercheurs et chercheuses du monde entier.

Pourquoi Gerland ?

En quittant le Cours Albert Thomas (Lyon 8 - métro Grange-Blanche), l’installation du CIRC à Gerland répond à un double objectif, comme le rappelle Met’ Grand Lyon :

  • rejoindre le Biodistrict Lyon-Gerland (5000 emplois, 2750 enseignants-chercheurs), qui concentre déjà de nombreux acteurs de l’innovation et de la santé. On y compte notamment des laboratoires de recherche (de l’ENS, de l’institut Bioaster...) ainsi que des entreprises pharmaceutiques leaders comme Sanofi-Pasteur ou Boehringer Ingelheim (ex-Merial), de même que des PME performantes comme le détaille cet article.

  • agrandir les locaux pour devenir un lieu de colloque international privilégié, afin de se transformer en vitrine du prestige français dans le secteur de la médecine. Selon les plans, le nouveau bâtiment sera grand de 11 300 m², dont 7 150 m² d’espaces scientifiques (laboratoires, bureaux, …) 2 500 m² de lieux communs (salles de conférences, auditorium, …) et 1 600 m² de services administratifs, logistiques et techniques.

Pour réaliser ce projet pharaonique, la métropole a ainsi fait appel aux sociétés suivantes, qui ont remporté une compétition longue de 18 mois d’après le site officiel de l’IARC (en anglais dans le texte) : Demathieu Bard (maître d’oeuvre), les cabinets d’architecture Art&Build et Unanime, de design WSP, et d'ingénierie “durable” Inddigo. D’après les photos en réalité augmentée, on note la volonté de construire un bâtiment le plus vert possible, avec des pelouses sur le toit et des arbres au sein de la cour centrale : nul doute que l’entreprise d'ingénierie et de développement durable Inddigo a joué un rôle clé dans la conception.

Source : Met’ Grand Lyon

Dans l’espoir de trouver de nouvelles solutions et avec le soutien du gouvernement Français, de la métropole de Lyon, de la Région Rhônes-Alpes et de la ville de Lyon, ce projet dirigé par la métropole est un grand chantier, qui en dit long sur les implications de la France et de la région dans la lutte contre ce fléau médical.

Le Petit Paumé se réjouit de ce nouveau projet et a hâte que les travaux soient terminés et que les activités du CRIC puissent se poursuivre dans ces nouveaux locaux high-tech. Pour rester informés sur les actualités de la ville de Lyon, n’hésitez pas à visiter le site internet du Petit Paumé et à partager vos expériences sur les réseaux sociaux avec le #lepetitpaume.




Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus