Éclairage public et écologie : une “trame noire” à Lyon ! - 26/01/2021

La “trame noire” : qu’est-ce que c’est ?

Vous ne connaissez pas encore la notion de “trame noire” ? C’était également mon cas il y a quelques jours. C’est un concept passionnant, au cœur des enjeux écologiques et économiques actuels, dont on devrait entendre parler de plus en plus.

Une trame noire correspond à un réseau de zones et de corridors propices à la biodiversité nocturne et reliés entre eux.

L’essor fulgurant de l’urbanisation lors du 20ème siècle est allé de pair avec l’éclairage public. Or, cela n’est pas sans conséquences sur la biodiversité nocturne, dérangée par une pollution lumineuse inhabituellement forte. Que cela attire ou repousse les espèces concernées, ce phénomène dérange de nombreuses espèces et détruit certains habitats naturels.

Diminuer la pollution lumineuse et créer une trame noire, c’est le défi que se lance la ville de Lyon grâce à des mesures de réduction de l’éclairage public !



La “trame noire” de Lyon

Suite à des expérimentations menées depuis 2013 dans certains quartiers du 3ème et du 5ème arrondissement, Lyon a décidé de réduire l’éclairage public dans certaines zones (du 3ème, 5ème et 8ème arrondissement), uniquement lorsque les voitures ne circulent pas.

Dans ces zones avec peu de circulation, l’intensité de l’éclairage public sera réduite entre 22h et 5h, et augmentée lorsque les capteurs situés à chaque extrémité de la rue détectent des véhicules.

L’éclairage sera toujours suffisant pour les piétons, et des études ont été réalisées afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d’incidence sur la sécurité publique.

Des mesures alternatives sont envisagées pour les zones où le trafic est plus dense, comme sur la Presqu’île par exemple.



Et ça coûte combien tout ça ?

Pour les zones concernées par cette trame noire, cela permet une économie d’énergie pouvant aller jusqu’à 70%. Le coût de changement des lampadaires est estimé à 2,5 millions d’euros, et devrait être amorti sur 3 ans.

La Ville des Lumières sait donc utiliser ces dernières à bon escient : spectaculaires et artistiques en décembre, intelligentes et écologiques lorsqu’elles peuvent l’être.



On espère que vous avez pu en apprendre davantage sur ce concept hyper actuel ! Si vous cherchez d’autres idées lumineuses, on vous propose de jeter un œil à nos bonnes résolutions en 2021 pendant qu’il est encore temps !

Et n’oubliez pas, c’est bien vous nos lumières 😘

Romain

Éclairage public et écologie : une “trame noire” à Lyon !

Éclairage public et écologie : une “trame noire” à Lyon !
Actualité Lyonnaise - 26/01/2021 00:00:00

La “trame noire” : qu’est-ce que c’est ?

Vous ne connaissez pas encore la notion de “trame noire” ? C’était également mon cas il y a quelques jours. C’est un concept passionnant, au cœur des enjeux écologiques et économiques actuels, dont on devrait entendre parler de plus en plus.

Une trame noire correspond à un réseau de zones et de corridors propices à la biodiversité nocturne et reliés entre eux.

L’essor fulgurant de l’urbanisation lors du 20ème siècle est allé de pair avec l’éclairage public. Or, cela n’est pas sans conséquences sur la biodiversité nocturne, dérangée par une pollution lumineuse inhabituellement forte. Que cela attire ou repousse les espèces concernées, ce phénomène dérange de nombreuses espèces et détruit certains habitats naturels.

Diminuer la pollution lumineuse et créer une trame noire, c’est le défi que se lance la ville de Lyon grâce à des mesures de réduction de l’éclairage public !



La “trame noire” de Lyon

Suite à des expérimentations menées depuis 2013 dans certains quartiers du 3ème et du 5ème arrondissement, Lyon a décidé de réduire l’éclairage public dans certaines zones (du 3ème, 5ème et 8ème arrondissement), uniquement lorsque les voitures ne circulent pas.

Dans ces zones avec peu de circulation, l’intensité de l’éclairage public sera réduite entre 22h et 5h, et augmentée lorsque les capteurs situés à chaque extrémité de la rue détectent des véhicules.

L’éclairage sera toujours suffisant pour les piétons, et des études ont été réalisées afin de s’assurer qu’il n’y ait pas d’incidence sur la sécurité publique.

Des mesures alternatives sont envisagées pour les zones où le trafic est plus dense, comme sur la Presqu’île par exemple.



Et ça coûte combien tout ça ?

Pour les zones concernées par cette trame noire, cela permet une économie d’énergie pouvant aller jusqu’à 70%. Le coût de changement des lampadaires est estimé à 2,5 millions d’euros, et devrait être amorti sur 3 ans.

La Ville des Lumières sait donc utiliser ces dernières à bon escient : spectaculaires et artistiques en décembre, intelligentes et écologiques lorsqu’elles peuvent l’être.



On espère que vous avez pu en apprendre davantage sur ce concept hyper actuel ! Si vous cherchez d’autres idées lumineuses, on vous propose de jeter un œil à nos bonnes résolutions en 2021 pendant qu’il est encore temps !

Et n’oubliez pas, c’est bien vous nos lumières 😘

Romain

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus