Mais où sont passées les statues des frères Coustou, qui trônaient au milieu de la place Bellecour ? - 18/04/2021

Un peu d’histoire

Les statues des frères Coustou font historiquement partie de la Place Bellecour puisqu’elles y ont été déposées en 1721, c’est-à-dire seulement quelques années après l’aménagement de la place sous les ordres de Louis XIV.


Des statues emblématiques de la ville de Lyon

Les bronzes des frères Coustou sont en fait des allégories des deux fleuves qui enserrent la presqu’île lyonnaise : le Rhône et la Saône. Ainsi, à gauche du piédestal, le Saône est représentée par une femme, allongée sur un lion. Auprès d’elle, une corne d'abondance déverse sur le sol des fruits et des céréales, symbole de l’agriculture de la vallée de la Saône. Le visage de la statue apparaît calme et apaisé, tandis que le Rhône prend quant à lui la forme d’un homme vigoureux et conquérant. Il repose lui aussi sur un lion, mais cette fois-ci l’animal rugit. De plus, il tient sous sa patte un poisson ainsi que des produits agricoles. Les différents éléments constituant la statue sont représentatifs des richesses de la vallée du Rhône et de la puissance de ses eaux.


Deux frères à l’origine de ces statues

La particularité de ces statues qui semblent s’opposer est qu’elles ont été réalisées par deux frères, Guillaume Coustou (pour le Rhône) et Nicolas Coustou (pour la Saône). Cela a une symbolique forte, car, à l’image des frères Coustou qui partagent le lien du sang, nous pouvons imaginer qu’à la Confluence de Lyon, les deux fleuves se rejoignent et se lient à la Confluence de Lyon.


Des statues qui ont traversé le temps


Les oeuvres des frères Coustou ont subi de nombreuses dégradations

Ces deux statues, classées monuments historiques, sont les plus anciennes de la place Bellecour. Depuis leur création en 1721, elles ont traversé les siècles et sont parvenues à un “état critique de dégradation”, comme l’a jugé Gaëlle Giralt, restauratrice d'œuvres en métal. Le temps et la pollution sont à l’origine de l’usure du métal, mais les hommes ont aussi participé à cette dégradation, notamment en montant sur les statues ou en les recouvrant de graffitis. Les statues avaient déjà échappé au pire lors de la Révolution française, car elles avaient été déplacées dans un endroit protégé. Toutefois, une restauration complète apparaît aujourd’hui inévitable.


Un séjour au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Quelques jours avant d’être emmenées au Musée des Beaux-Arts de Lyon afin d’être restaurées, les statues avaient été descellées de leur socle, et placées dans des caissons en bois. C’est dans ces mêmes caissons qu’elles ont été transportées le mois dernier, dans la nuit du 23 au 24 mars. La restauration sera ouverte au public, et son montant s'élèverait à 72 000 euros. Une fois leur restauration terminée, c’est au musée des Beaux-Arts que les statues seront exposées au public afin d’être mieux conservées.


En attendant de pouvoir revoir les statues, je vous laisse découvrir la légende des ovnis de la place Bellecour
!


Ambre

Mais où sont passées les statues des frères Coustou, qui trônaient au milieu de la place Bellecour ?

Mais où sont passées les statues des frères Coustou, qui trônaient au milieu de la place Bellecour ?
Actualité Lyonnaise - 18/04/2021 00:00:00

Un peu d’histoire

Les statues des frères Coustou font historiquement partie de la Place Bellecour puisqu’elles y ont été déposées en 1721, c’est-à-dire seulement quelques années après l’aménagement de la place sous les ordres de Louis XIV.


Des statues emblématiques de la ville de Lyon

Les bronzes des frères Coustou sont en fait des allégories des deux fleuves qui enserrent la presqu’île lyonnaise : le Rhône et la Saône. Ainsi, à gauche du piédestal, le Saône est représentée par une femme, allongée sur un lion. Auprès d’elle, une corne d'abondance déverse sur le sol des fruits et des céréales, symbole de l’agriculture de la vallée de la Saône. Le visage de la statue apparaît calme et apaisé, tandis que le Rhône prend quant à lui la forme d’un homme vigoureux et conquérant. Il repose lui aussi sur un lion, mais cette fois-ci l’animal rugit. De plus, il tient sous sa patte un poisson ainsi que des produits agricoles. Les différents éléments constituant la statue sont représentatifs des richesses de la vallée du Rhône et de la puissance de ses eaux.


Deux frères à l’origine de ces statues

La particularité de ces statues qui semblent s’opposer est qu’elles ont été réalisées par deux frères, Guillaume Coustou (pour le Rhône) et Nicolas Coustou (pour la Saône). Cela a une symbolique forte, car, à l’image des frères Coustou qui partagent le lien du sang, nous pouvons imaginer qu’à la Confluence de Lyon, les deux fleuves se rejoignent et se lient à la Confluence de Lyon.


Des statues qui ont traversé le temps


Les oeuvres des frères Coustou ont subi de nombreuses dégradations

Ces deux statues, classées monuments historiques, sont les plus anciennes de la place Bellecour. Depuis leur création en 1721, elles ont traversé les siècles et sont parvenues à un “état critique de dégradation”, comme l’a jugé Gaëlle Giralt, restauratrice d'œuvres en métal. Le temps et la pollution sont à l’origine de l’usure du métal, mais les hommes ont aussi participé à cette dégradation, notamment en montant sur les statues ou en les recouvrant de graffitis. Les statues avaient déjà échappé au pire lors de la Révolution française, car elles avaient été déplacées dans un endroit protégé. Toutefois, une restauration complète apparaît aujourd’hui inévitable.


Un séjour au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Quelques jours avant d’être emmenées au Musée des Beaux-Arts de Lyon afin d’être restaurées, les statues avaient été descellées de leur socle, et placées dans des caissons en bois. C’est dans ces mêmes caissons qu’elles ont été transportées le mois dernier, dans la nuit du 23 au 24 mars. La restauration sera ouverte au public, et son montant s'élèverait à 72 000 euros. Une fois leur restauration terminée, c’est au musée des Beaux-Arts que les statues seront exposées au public afin d’être mieux conservées.


En attendant de pouvoir revoir les statues, je vous laisse découvrir la légende des ovnis de la place Bellecour
!


Ambre

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus