Métronome de la ligne C - l’histoire derrière le nom des stations de métro lyonnaises

Métronome de la ligne C - l’histoire derrière le nom des stations de métro lyonnaises
Redécouvrir Lyon - 19/02/2020 00:00:00

Il est temps de savoir ce qu'il se cache derrière les noms de stations de métro lyonnaises : c'est parti pour la ligne C.


Hôtel de Ville - Louis Pradel

On attaque par une des stations les plus empruntées du centre, Hôtel de Ville. On vous en parlait déjà dans le métronome de la ligne A, mais Louis Pradel est probablement le maire le plus emblématique de Lyon. L’hôtel de ville a quant à lui vu le jour en 1672, après 26 ans de travaux et fut reconnu comme monument historique le 12 juillet 1886. Du haut de ses deux étages, il accueille désormais dix fois dans l’année le conseil municipal.

plan Hotel de ville

Croix-Paquet

Une autre station dont on a déjà parlé, cette fois-ci dans notre article dédié aux plus belles station de métro de Lyon en raison de son extériorité. Elle tire son nom de la place à côté de laquelle elle est située, la place Croix-Paquet, dont l’origine provient du marchand Jean Paquet qui en 1628 a érigé une croix sur la place. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette dernière a été renommée à de nombreuses reprises, devenant place des Rameaux en 1745 puis place du Séminaire en 1810.

Métronome de la ligne C - l’histoire derrière le nom des stations de métro lyonnaises-0

Croix-Rousse

On ne vous apprend rien, la station Croix-Rousse tire son nom du quartier dans laquelle elle se trouve. Mais savez-vous pourquoi la Croix-Rousse s’appelle ainsi ? Au début du XVIème siècle, le faubourg qui sera surnommé par la suite “la colline qui travaille” (en opposition à Fourvière, “la colline qui prie”), vient d’être créé par Louis XII. Une croix en pierre de Couzon, dorée et ocre, est érigée sur le plateau de la colline. Bien que détruite à de nombreuses reprise et reconstruites tout autant de fois, c’est bien elle qui a donné son nom au quartier, et donc à la station !

Métronome de la ligne C - l’histoire derrière le nom des stations de métro lyonnaises-1

Hénon

Hénon tire son nom de la rue éponyme, qui tient elle-même son nom de Jacques-Louis Hénon, un ancien maire de Lyon. Médecin et botaniste de formation, puis conseiller municipal de La Guillotière en 1848, il devient maire en 1870 à l’âge de 68 ans. Son mandat est principalement marqué par une manifestation emmenée par Michel Bakounine et ayant pour objectif de s’emparer du pouvoir municipal. Jacques-Louis Hénon meurt en 1872 d’une maladie du coeur au cours de son mandat et son adjoint Désiré Barodet lui succèdera

Métronome de la ligne C - l’histoire derrière le nom des stations de métro lyonnaises-2

Cuire

Encore un quartier qui a donné son nom à une station de métro ! Ancien quartier même, car on parle ici de la commune Cuire-la-Croix-Rousse, qui fut divisée en 1797. Cuire a ensuite été rattachée à Caluire, et la Croix-Rousse est devenue un quartier de Lyon à part entière en 1857. Aujourd’hui, la commune a été scindée en Cuire-le-Bas et Cuire-le-Haut qui font partie des huits quartiers de Caluire-et-Cuire. D’ailleurs, saviez-vous que les habitants étaient appelés les Caluirards ? Nous non.

cuire-le-haut

On en a maintenant terminé avec les quatres lignes de métro de Lyon et appris les origines des noms des stations que l’on emprunte tous les jours. Vous pouvez d’ailleurs les retrouver ici pour la ligne A, pour la ligne B et enfin en cliquant ici pour la D.

Et vous, quelle signification vous a le plus surpris ?

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus