Lyon est-elle en train de devenir une ville verte et eco-responsable ?

Lyon est-elle en train de devenir une ville verte et eco-responsable ?
Actualité Lyonnaise - 03 déc. 2019

L’urbanisme lyonnais depuis les années 90

Alors que Louis Pradel dans la période d’après guerre rêvait de faire de Lyon, la capitale du béton, on observe depuis quelques années un verdissement de la capital des Gaules. Dès 2007, par exemple, les voitures sont interdites sur les berges du Rhône. Depuis, les joggeurs, cyclistes et sportifs en tout genre peuvent partir de la Tête d’Or et longer les quais.

Pour autant, la page du béton n’est pas tout à fait tournée comme l’on a pu s’en rendre compte cet été. Les îlots de chaleur sont encore nombreux et dès que le thermomètre augmente un petit peu le béton emmagasine la chaleur. La rénovation de la Place des Terreaux cristallise le débat, puisque aucun arbre ne sera planté pour préserver l’héritage artistique de Buren. Pourtant, en arrivant sur la Place des Terreaux en plein mois d’Août, les Lyonnais ont déjà tous ressenti cette sensation d’étouffement.

Aujourd’hui, Lyon ne se trouve qu’à la 47ème place des villes les plus vertes du monde avec 7,54m² d’espaces verts/habitant (source Travelbird, Lyon Capitale).

Municipales, une affaire d’écolo ?

Alors que le monde a vu brûler l’Amazonie et que les Verts ont fait un score important en Europe aux dernières élections européennes, l’écologie et le thème de la ville verte est revenu au centre des débats. Gérard Collomb l’a bien compris puisqu’il a annoncé la création d’espaces verts dans Lyon. Annonce que les écologistes ont pris comme un camouflet puisque certains espaces fleuris seront plantés sur des voies cyclables ou de bus.

Kimelfeld qui dispute à Gérard Collomb l'investiture LREM pour la Métropole s’est aussi emparé de la question. 70km/h sur le périph, piétonnisation de la Presqu’Île, végétalisation des collèges… de nombreuses mesures sont revendiquées. Et si les deux édiles ne trouvent pas de terrain d’entente pour l’investiture, la bascule se fera peut-être sur la question de la transformation de la ville ces dernières années et dans les années à venir.

Le label, Lyon, Ville Equitable et Durable

C’est Guylaine Gouzou-Testud (adjointe à la Mairie) à qui l’on doit ce label qui a vu le jour en 2010. Ce Label a pour but de responsabiliser les consommateurs en leur donnant des repères. Les établissements ayant ce label doivent répondre à 5 critères : celui de la gestion environnementale, de la gestion sociale, de l’achat et de la consommation responsable, de l’engagement citoyen et de l’innovation. L’établissement doit déposer un dossier auprès du Comité de Labellisation, composé de structures externes et de représentants de la Ville de Lyon.

Anciela un projet d’un nouveau genre

Anciela, c’est une association qui se propose de vous faire découvrir plus de 725 associations lyonnaises pour repenser nos modes de vie et repenser la ville lyonnaise. Le jeudi 19 septembre sous le péristyle de l’Opéra, l’association a sorti le 3ème guide qui recense ces associations. L’idée est de pousser les citoyens à s’engager dans une cause qui leur est chère.

Station Mue ou le projet d’une forêt de 5,5 hectares

Station Mue, c’est un projet assez ambitieux. L’idée est de planter une forêt de 5,5 hectares en plein coeur de Lyon à l’horizon 2020 sur l’ancien Marché Gare. Pour le moment Station Mue, c’est une structure en bois provisoire qui abrite des débats, des animations, des discussions, des échanges autour du future de la ville de Lyon. Le lieu est donc un laboratoire pour tenter de faire avancer les choses.

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus