#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses - 11/04/2021

Lyon c’est les traboules, c’est les lumières, c’est la praline, mais c’est aussi… les bouchons ! Oubliez les voitures et autres moyens de transport, on vous parle ici de nos fameux restaurants faits de tables en bois recouvertes de nappes à carreaux, où les saucissons pendent comme des lampadaires et dans lesquels on déguste des plats traditionnels.

Lyonnais de souche ou récemment installés, on est prêt à parier que vous ignorez le mystère de cette bizarrerie lyonnaise. Lisez ces quelques lignes et vous saurez épater la galerie lors de la prochaine sauterie !

1. Hypothèse 1 : Des voitures, des voitures, et encore des voitures !

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses-0

Quel est le point commun entre Paris, Marseille et Lyon ? Les trois figurent dans le palmarès des villes les plus embouteillées de France, seulement Lyon possède un record historique dans le domaine. Depuis l’époque médiévale, circuler dans Lugdunum se révèle aussi challengeant que gravir le mont Everest ou traverser le Pacifique à la nage. Les axes y sont mal dessinés, les routes y sont pavées. Lieu de passage stratégique, beaucoup de voyageurs s’y arrêtaient pour couper leur trajet et en profitaient pour se sustenter dans des échoppes sans prétention. C’est ainsi que ces établissements typiques qui accueillaient les personnes de passage ont été baptisés « bouchons ».

2. Hypothèse 2 : Une origine branchée

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses-1

Source image : Wikipedia

Le mot « bouchon » viendrait des cabaretiers, métier ancien attribué aux personnes qui servaient du vin au détail et donnaient à manger contre de l'argent. À l’époque des canuts, ils avaient l’habitude d’accrocher à la porte en guise d’enseigne, une botte de branches de pin pour que l’on reconnaisse leur restaurant. En vieux français, « bousche » signifie « broussailles, faisceau de branchages » et le nom bouchon est resté au fil des années.

3. Hypothèse 3 : Merci Basile !

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses-2

Source image : Alchetron

Connaissez-vous Basile Bouchon ? Ce mec qui a révolutionné le travail des canuts ? Il est l'inventeur du métier à tisser semi-automatique. En 1725, cet inventeur français utilise un ruban perforé pour programmer un métier à tisser. Ouvrier lyonnais et fils d'un fabricant d'orgues, il adapte ainsi le concept des mécanismes d'horlogerie utilisés dans les boîtes à musique à la tâche répétitive du tissage. Cette invention est perfectionnée par la suite par son assistant, Jean-Baptiste Falcon, qui utilise une série de cartes perforées reliées entre elles. Finalement elle sera reprise en 1801 par Joseph Marie Jacquard, qui devient célèbre avec le métier Jacquard. Pour rendre hommage à ce génie du 18ème siècle, la ville connue pour sa gastronomie nomme ses restaurants des bouchons.

Vous pensez avoir la réponse ? Vérifiez-là en cliquant ici ! On vous laisse aussi découvrir notre sélection des meilleurs bouchons par quartier juste ! 😊

Mathilde

Source image bannière : OAFormation

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses
Redécouvrir Lyon - 11/04/2021 00:00:00

Lyon c’est les traboules, c’est les lumières, c’est la praline, mais c’est aussi… les bouchons ! Oubliez les voitures et autres moyens de transport, on vous parle ici de nos fameux restaurants faits de tables en bois recouvertes de nappes à carreaux, où les saucissons pendent comme des lampadaires et dans lesquels on déguste des plats traditionnels.

Lyonnais de souche ou récemment installés, on est prêt à parier que vous ignorez le mystère de cette bizarrerie lyonnaise. Lisez ces quelques lignes et vous saurez épater la galerie lors de la prochaine sauterie !

1. Hypothèse 1 : Des voitures, des voitures, et encore des voitures !

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses-0

Quel est le point commun entre Paris, Marseille et Lyon ? Les trois figurent dans le palmarès des villes les plus embouteillées de France, seulement Lyon possède un record historique dans le domaine. Depuis l’époque médiévale, circuler dans Lugdunum se révèle aussi challengeant que gravir le mont Everest ou traverser le Pacifique à la nage. Les axes y sont mal dessinés, les routes y sont pavées. Lieu de passage stratégique, beaucoup de voyageurs s’y arrêtaient pour couper leur trajet et en profitaient pour se sustenter dans des échoppes sans prétention. C’est ainsi que ces établissements typiques qui accueillaient les personnes de passage ont été baptisés « bouchons ».

2. Hypothèse 2 : Une origine branchée

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses-1

Source image : Wikipedia

Le mot « bouchon » viendrait des cabaretiers, métier ancien attribué aux personnes qui servaient du vin au détail et donnaient à manger contre de l'argent. À l’époque des canuts, ils avaient l’habitude d’accrocher à la porte en guise d’enseigne, une botte de branches de pin pour que l’on reconnaisse leur restaurant. En vieux français, « bousche » signifie « broussailles, faisceau de branchages » et le nom bouchon est resté au fil des années.

3. Hypothèse 3 : Merci Basile !

#LePéloPerplexe : Si la circulation était fluide à Lyon, les bouchons seraient-ils renommés ? - Hypothèses-2

Source image : Alchetron

Connaissez-vous Basile Bouchon ? Ce mec qui a révolutionné le travail des canuts ? Il est l'inventeur du métier à tisser semi-automatique. En 1725, cet inventeur français utilise un ruban perforé pour programmer un métier à tisser. Ouvrier lyonnais et fils d'un fabricant d'orgues, il adapte ainsi le concept des mécanismes d'horlogerie utilisés dans les boîtes à musique à la tâche répétitive du tissage. Cette invention est perfectionnée par la suite par son assistant, Jean-Baptiste Falcon, qui utilise une série de cartes perforées reliées entre elles. Finalement elle sera reprise en 1801 par Joseph Marie Jacquard, qui devient célèbre avec le métier Jacquard. Pour rendre hommage à ce génie du 18ème siècle, la ville connue pour sa gastronomie nomme ses restaurants des bouchons.

Vous pensez avoir la réponse ? Vérifiez-là en cliquant ici ! On vous laisse aussi découvrir notre sélection des meilleurs bouchons par quartier juste ! 😊

Mathilde

Source image bannière : OAFormation

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus