Le Saint-Marcellin, une histoire d’amour et de fromage - 15/01/2021

Aah le Saint-Marcellin ! Ce fromage si crémeux que l’on en tombe amoureux ! Mais connaissez-vous son histoire ?


FAISONS LES PRÉSENTATIONS…

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, le Saint-Marcellin est un fromage qui tient son nom d’un village du Dauphiné, situé entre Grenoble et Valence. Autrefois au lait de chèvre, c’est aujourd’hui un fromage au lait de vache, prenant la forme d’un petit palet blanc à la croute striée et plissée.

Il est généralement tendre à l’intérieur, et crémeux à l’extérieur, et c’est un vrai régal ! Il en existe également des déclinaisons originales, qui varient en fonction des saisons : ail et fines herbes, échalotes, cinq baies, et encore plein d’autres…


LES ORIGINES DU SAINT-MARCELLIN

Ses origines remontent au 15ème siècle, dans les livres de comptes de l’intendant de Louis XI, lequel aurait pris goût à ce fromage dès sa première bouchée.

C’est ensuite grâce aux coquetiers que le Saint-Marcellin gagne en notoriété. Les coquetiers sont des marchands ambulants qui récupèrent des produits de fermes (œufs, fromages, légumes etc.) pour les vendre dans des villes voisines. Durant le 19ème siècle, ces commerçants répandent le Saint-Marcellin dans toute la région, jusqu’à Lyon notamment, et la demande augmente.

Mais ce n’est qu’après la fin de la Première Guerre mondiale, avec la naissance des fromageries, qu’il commence à connaître la réputation qu’il a aujourd’hui ! Aujourd’hui vendu à plus de 2800 tonnes par an, il est devenu un des fromages préférés des français.


LA RECONNAISSANCE D’UN BEL HÉRITAGE

Fin 2013, le fromage Saint-Marcellin obtient le label IGP (Indication Géographique Protégée). C’est un dispositif légal de l’Union Européenne qui garantit qu’au moins une des étapes de fabrication a été réalisée dans le lieu affiché par le produit. Le fromage doit également respecter un cahier des charges rigoureux : il doit avoir 6 à 8 cm de diamètre, 2 cm d’épaisseur, et un poids maximal de 80 g ! Et il y a même un comité chargé du suivi de sa bonne application : le Comité pour le Saint-Marcellin IGP.

Définie selon des critères historiques, la zone géographique de production s’étend sur l’est du Rhône en Isère, mais aussi sur une partie de la Drôme et de la Savoie. Seuls les producteurs de 274 communes sont autorisés à produire ce merveilleux fromage.

Le but de l’IGP est de conserver le bel héritage du Saint-Marcellin, en veillant aux conditions de production afin de faire perdurer sa qualité et son âme à travers les années.


Et vous, comment dévorez-vous votre Saint-Marcellin ? Plutôt tout seul ou sur une tranche de pain ? 😋

Si, comme nous, vous en avez l’eau à la bouche, on vous invite à foncer dans une de nos fromageries préférées ! Psst, c'est par ici


Victoria


Source image : Les Mondaines Grenoble City Guide

Le Saint-Marcellin, une histoire d’amour et de fromage

Le Saint-Marcellin, une histoire d’amour et de fromage
Les Tops - 15/01/2021 00:00:00

Aah le Saint-Marcellin ! Ce fromage si crémeux que l’on en tombe amoureux ! Mais connaissez-vous son histoire ?


FAISONS LES PRÉSENTATIONS…

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore, le Saint-Marcellin est un fromage qui tient son nom d’un village du Dauphiné, situé entre Grenoble et Valence. Autrefois au lait de chèvre, c’est aujourd’hui un fromage au lait de vache, prenant la forme d’un petit palet blanc à la croute striée et plissée.

Il est généralement tendre à l’intérieur, et crémeux à l’extérieur, et c’est un vrai régal ! Il en existe également des déclinaisons originales, qui varient en fonction des saisons : ail et fines herbes, échalotes, cinq baies, et encore plein d’autres…


LES ORIGINES DU SAINT-MARCELLIN

Ses origines remontent au 15ème siècle, dans les livres de comptes de l’intendant de Louis XI, lequel aurait pris goût à ce fromage dès sa première bouchée.

C’est ensuite grâce aux coquetiers que le Saint-Marcellin gagne en notoriété. Les coquetiers sont des marchands ambulants qui récupèrent des produits de fermes (œufs, fromages, légumes etc.) pour les vendre dans des villes voisines. Durant le 19ème siècle, ces commerçants répandent le Saint-Marcellin dans toute la région, jusqu’à Lyon notamment, et la demande augmente.

Mais ce n’est qu’après la fin de la Première Guerre mondiale, avec la naissance des fromageries, qu’il commence à connaître la réputation qu’il a aujourd’hui ! Aujourd’hui vendu à plus de 2800 tonnes par an, il est devenu un des fromages préférés des français.


LA RECONNAISSANCE D’UN BEL HÉRITAGE

Fin 2013, le fromage Saint-Marcellin obtient le label IGP (Indication Géographique Protégée). C’est un dispositif légal de l’Union Européenne qui garantit qu’au moins une des étapes de fabrication a été réalisée dans le lieu affiché par le produit. Le fromage doit également respecter un cahier des charges rigoureux : il doit avoir 6 à 8 cm de diamètre, 2 cm d’épaisseur, et un poids maximal de 80 g ! Et il y a même un comité chargé du suivi de sa bonne application : le Comité pour le Saint-Marcellin IGP.

Définie selon des critères historiques, la zone géographique de production s’étend sur l’est du Rhône en Isère, mais aussi sur une partie de la Drôme et de la Savoie. Seuls les producteurs de 274 communes sont autorisés à produire ce merveilleux fromage.

Le but de l’IGP est de conserver le bel héritage du Saint-Marcellin, en veillant aux conditions de production afin de faire perdurer sa qualité et son âme à travers les années.


Et vous, comment dévorez-vous votre Saint-Marcellin ? Plutôt tout seul ou sur une tranche de pain ? 😋

Si, comme nous, vous en avez l’eau à la bouche, on vous invite à foncer dans une de nos fromageries préférées ! Psst, c'est par ici


Victoria


Source image : Les Mondaines Grenoble City Guide

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus