Tomo

Note du Petit Paumé

4,18 / 5

Fermé aujourd'hui

2020

La déco est minimaliste, mais les quantités, elles, nous suffisent largement. En regardant la carte, j'ai eu l'impression qu'il y avait autant de Saké différents que d'îles au Japon !

2019

Les sushis sont à la gastronomie japonaise ce que lescroissants sont à la gastronomie française. Ils sontbons, populaires mais laissent dans l'ombre d'autresspécialités qui méritent tout autant d'être connues : Saint-Jacques et canard savoureux grillé à la sauce soja, anguille sur rizet œuf qui me laisse perplexe. Au moins les croissants ça met toutle monde d'accord.

2018

J'arrive ici plein d'appétit et sans préjugé ; de la gastronomie japonaise, me dit-on ? J'entre : « Konichiwa Tchang ! », la blague ne prend pas. J'opte pour le menu à 34 euros. Un florilège de petits plats concoctés sous l'égide du chef Tomohiro Hatakeyama me révèlent, sans les altérer, les secrets bien gardés des recettes japonaises et de leurs ingrédients. Je redécouvre les ormeaux et le canard fermier. Dans cette cuisine mystérieuse et picturale se marient subtilement la France et le Japon.

Tomohiro nous livre les secrets de la cuisine japonaise, un art culinaire. Plus de sushis à la chaîne, faites place aux noix de Saint-Jacques, flan de homard, tartare de thon et canard agrémenté à la sauce soja. Un restaurant qui se veut gastronomique plus qu’économique. Vous y mettez le prix mais vous risquez d’en ressortir ravis. Et comme le dit ce proverbe japonais, « Ōsaka no kuidaore » : les habitants d’Osaka se ruinent pour manger, alors pourquoi nous priver ?

Atari tomba amoureuse d’Alexandre. Mais son père Atsuji ayant d’autres projets en tête, elle dut prendre la fuite. Ils se retrouvèrent à Lyon. Pas rancunière, elle n’oublia pas ses origines nippones et ils mirent au monde Tomo. Élégant, sobre, simple mais classe, le jeune garçon avait fière allure. Son impressionnante collection de dînettes en céramique permettait de présenter idéalement les succulents sashimis, le canard grillé ou encore le homard, le tout accompagné de surprenants vins de riz.

Adieu brochettes de bœuf au fromage et autres sushis bas de gamme et bienvenue au flan de homard et à la salade d’ormeaux ! Loin des clichés trop largement répandus, on découvre chez Tomo une cuisine raffinée et recherchée. Produits du marché et spécialités japonaises se marient à la perfection pour ravir les papilles les plus exigeantes ! Grognons, bougons et autres têtes de cochon sauront se laisser apaiser par le service et la décoration. En trois mots : go chez Tomo !

Prenez une cuisine japonaise audacieuse et innovante, bien loin du cliché maki-sushi. Ajoutez-y une cuisine française traditionnelle. N’oubliez pas de bien mixer les saveurs, tout l’intérêt de la recette est là. Proposez une multitude de plats, vos convives sont ici pour être surpris. Saupoudrez d’un service calme et agréable. Mélangez le tout. Vous obtenez Tomo, un restaurant atypique, intrigant et innovant.

« On peut aussi bien prier une sardine, ce n’est qu’une question de foi » dit un proverbe japonais. Fort de cet adage, me voilà lancé dans la création d’une nouvelle religion vouée au culte du homard breton de chez Tomo. Descendu sur Terre accompagné d’un canard fermier, d’une daurade et d’un bœuf, il pourfend sans pitié les hérétiques tentant de limiter la gastronomie nippone à l’industrie du sushi. Plus attrayant que l'hostie, non ?


Adresse

  • 7 Rue P. Corneille
  • 69006 Lyon

Horaires

  • Lundi : Fermé
  • Mardi : 12h-14h | 19h-21h
  • Mercredi : 12h-14h | 19h-21h
  • Jeudi : 12h-14h | 19h-21h
  • Vendredi : 12h-14h | 19h-21h
  • Samedi : 12h-14h | 19h-21h
  • Dimanche : Fermé

Indisponible

L'établissement s'exprime


L'établissement n'a pas encore laissé de message personnalisé.

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus