Petit Ogre

« Les horaires de la vie devraient prévoir un moment, un moment précis dans la semaine, où l'on pourrait dîner aussi bien. » se serait exclamé Daniel Pennac en sortant de Petit Ogre. On comprend l'enthousiasme de l'écrivain devant le carré d'agneau et ses pommes de terre de Noirmoutier rôties. J'ai personnellement fondu avec la soupe de fraises aux baies de roses et sa mousse de banane. Il n'en faut pas plus pour comprendre l'origine du premier succès de Pennac : Au Bonheur des ogres.

Mercredi soir, on découvre ce petit trésor dans des rues peu animées du 3ème. Parfait cocon pour un diner en tête-à-tête. La cuisine est raffinée, réconfortante et le chef, qui n’hésite pas à passer en salle pour parler à ses clients, fait des associations surprenantes. Aussi, le service est-il discret mais efficace. Un excellent rapport qualité prix, on y retournera, d’autant que la carte change régulièrement. Petit Ogre, petit par la taille mais pas par le souvenir qu’il vous en laisse !

Lecteurs on vous ment, Le Petit Ogre est un grand. Invité au palais, c'est le saumon en ceviche qui nous fait fondre le premier. Trois notes de musique, une ribambelle de superbes épices et le bar dans son filet nous fait prisonniers. Une cuisine fine et tout en maîtrise, l'addition même n'est pas trop salée.

C’est l’histoire d’une épopée autour du monde. Si le navire n’est pas très grand et plutôt classique, le voyage, lui, est exquis grâce au commandant de bord qui choisit les meilleurs mouillages et personnalise chaque visite. Après un départ du Pérou, pays du ceviche de saumon, le navire fait escale sur le Vieux Continent que l’on redécouvre autour d’un pavé de veau à la sauce moutarde revisitée. Le périple prend fin aux confins de la Méditerranée, où le baklava se pare de poire et de chocolat.

Il était une fois, il y a fort longtemps, une jolie princesse prisonnière d'un dragon affamé. Elle souffrait d’un enchantement terrible qu’on ne pouvait briser que par les saveurs exquises d’un délicieux repas. Beaucoup de restaurateurs tentèrent de libérer la belle mais seul Petit Ogre y parvint. Fort de ses connaissances culinaires internationales, il prépara des rikakate pour endormir le dragon et servit un savoureux ceviche de saumon qui libéra la princesse.


Adresse

  • 15 Rue de la Bannière
  • 69003 Lyon

Horaires

  • Lundi : Fermé
  • Mardi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Mercredi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Jeudi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Vendredi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Samedi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Dimanche : Fermé

Indisponible

L'établissement s'exprime


L'établissement n'a pas encore laissé de message personnalisé.

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus