Logo RPPP

Comme chez grand-mère, la terrine à volonté est servie dans un grand plat. Comme chez grand-père, la joue de veau au miel est fondante. Comme chez maman, le gâteau à la praline et son pot de crème fraîche finissent de me caler. Comme chez papa, la bouteille de digestif termine le repas. Comme à la maison, on s'y sent bien. Et irrémédiablement, on y revient.

Logo RPPP

De retour chez grand-père pour le repas dominical. Rien de plus sacré. On apporte un énorme pâté que l’on partage, puis chacun reçoit sa portion d’andouillette ou autres mets traditionnels lyonnais. On prend une photo, on l’accroche au mur. Puis arrive le dessert, accompagné de son pot de crème fraîche que l’on se passe de table en table. Rien n’y manque, pas même le digestif à la fin. Pas étonnant que papy soit RPPP depuis douze ans !

Logo RPPP

Un restaurant c’est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber. On se laisse parfois berner par une forme chatoyante, pour finalement tomber sur une ganache coco-liqueur de poire : mauvaise surprise. D’autres fois, on tend la main et l’on tombe, par chance, sur une pépite. Grattons, rosette, joue de bœuf au miel, boudin noir, pot de crème fraîche, décoration fourmillante et service théâtral. Pari réussi pour Notre Maison, le bouchon historique lyonnais.

Logo RPPP

Mon estomac va exploser, j'ai déjà défait le bouton de mon pantalon et mes dents du fond baignent dans la sauce du sabodet aux lentilles.

Je me repasse mon repas dans la tête : farandole de grattons, délice de rosettes, crépuscule de boudin noir sur sa lagune de pommes et pour finir, fondant au chocolat avec un gros pot de crème fraîche. Et vas-y que j'te noie tout ça sous des pots de rouge. Laisse donc la bouteille de digeo patron, je me sens ici comme à la maison.

Logo RPPP

Avant toute chose, Notre Maison a des recommandations. Ne soyez pas pressés. Et si vous aviez le temps ? Notre maison a un lieu. Le Vieux Lyon. Notre maison est typique. Un bouchon. Notre maison a des spécialités. Boudin noir aux pommes, joue de bœuf au miel. Notre maison a des invités. Aussi affamés soient-ils, ils trouveront satiété. Notre maison a un décor. Voyez par vous-même. Notre maison a un coût. Mais c'est trop bon. Notre maison a une porte. Poussez-la, c'est conseillé.

Logo RPPP

Diantre ! Après ces trois jours de chevauchée, mon gueux et moi souhaiterions bonnes victuailles et bon vin ! Apportez-moi donc cet énorme pâté et partageons-le avec la table d'à côté. Pour ma gente dame, une rosette de Lyon et sa livre de beurre ! Hâte-toi d’aller nous quérir quelques pots de Côtes du Rhône car nos gosiers sont secs. Que diable ! Je ne puis quitter la table sans cette douceur de chocolat et son large pot de crème. Tavernier, continuons donc à festoyer !

Logo RPPP

Il y a des bouchons qu’on ne présente plus à Lyon. Il y a une ambiance familiale potache qui fait sourire les jeunes et les moins jeunes. Il y a les gratons offerts, le pâté de tête à couper soi-même, le pain que l’on partage avec la table d’à côté. Il y a le délicieux boudin aux pommes caramélisées et la poitrine de veau tendre revenue dans le vin rouge. Mais il n’y a finalement que peu de bouchons RPPP pour la 8ème année d’affilée.

Logo RPPP

De passage à Lyon en 1837, Stendhal a dit : « Je ne connais qu'une chose que l'on fasse très bien à Lyon, on y mange admirablement, et, selon moi, mieux qu'à Paris. » Aurait-il pu imaginer que près de deux siècles plus tard, le bouchon Notre Maison puisse encore confirmer ses dires ? « Ici, la salade, c’est pour les lapins, » disent-ils. Au moins, le message est clair. Le sabodet aux lentilles qui a mijoté pendant plus de cinq heures ou la joue de bœuf au miel fondent dans la bouche. Le tout avec un bon canon !

Logo RPPP

Derrière ces carreaux opaques, des lumières… Je crois lire « Clients pressés, s’abstenir ». Je pousse la porte. Quelle n’est pas ma joie alors, accueillie si simplement et chaleureusement, sous une pluie de saucissons. Je me précipite sur les grattons qui me sont apportés et me désaltère à coup de rasades de saint-amour. Dans mon dos, les maîtres des lieux s’en envoient de toutes les couleurs : ici on vit ! Et on mange. Ma portion de tripes est monumentale, et je n’en laisse pas une miette.

2011

« Savez-vous que tous les bouchons de notre belle cité ne se ressemblent pas ? » débuta l’orateur pour faire réagir son public impassible. « Ah bon ? »répondirent en cœur les auditeurs qui tendirent l’oreille. « Vous avez bien entendu. Tenez, pas plus tard qu’hier, j’ai découvert un bouchon où Madame Qualité n’avait rien à envier à Monsieur Quantité. Tata Excellence faisait la cour à Tonton Succulence tandis que Grand-Mère Faim boudait Grand-Père Ventre Plein. » Recommandé Par Platon et Périclès.

2010

« Bouchon Notre Maison » (n. masculin) : Petit restaurant rustique lyonnais où l’on mange d’excellents pieds de cochon, de la cervelle de canut et d’autres spécialités à tomber par terre de plaisir. Les quantités sont naturellement gargantuesques, le Côte du Rhône traditionnellement bon marché et le service tout en chaleur. Le tout est plongé dans une ambiance familiale avec photos anciennes sur les murs. « Bouchon RPPP » (n. masculin) : dérivé de « bouchon », plus rare, et de grande qualité.


Adresse

  • 2 Rue de Gadagne
  • 69005 Lyon

Horaires

  • Lundi : Fermé
  • Mardi : 19h30-22h
  • Mercredi : 19h30-22h
  • Jeudi : 19h30-22h
  • Vendredi : 19h30-22h
  • Samedi : 12h-14h | 19h30-22h
  • Dimanche : Fermé
Logo Uber Eats

Indisponible

L'établissement s'exprime


L'établissement n'a pas encore laissé de message personnalisé.

Avis & recommandations

Recommandation de Cam2202

Publié le : 25 janv. 2020

Mon bouchon préféré à lyon... l’ambiance chaleureuse, le menu gourmand et généreux, le petit digestif à la fin, le patron et sa fille adorables, je recommande !!!

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus