Librairie Le Père Pénard

Depuis des dizaines d’années, cette formidable librairie d’occasion et ses arrivages incessants tanguent mais résistent à la vague du numérique et à la multiplication des grandes enseignes dans le centre de Lyon. Le Père Pénard se maintient à flot en proposant des ouvrages disparus, des trésors de haute mer. « Fluctuat nec mergitur. »

Bande dessinée ou roman policier, littérature classique ou jeunesse, conte ou poésie ? Une chose est sûre, prenez le temps de vous perdre dans le dédale des rayons. Regardez sous l’escalier, la collection Série Noire. Admirez à droite, une ribambelle de Pléiades. Montez les étages ! Vous êtes égaré ? N’hésitez pas à solliciter le Père Pénard, il saura, s’il trouve le temps, vous guider.

Il y a des livres partout ! D'abord, une myriade de bandes dessinées. Ensuite, des murs entiers des polars les plus noirs. Plus loin, de la littérature classique et moderne à foison. À l'étage, une compilation de récits historiques et de reliures anciennes. Partout, des odeurs de papier et de couvertures cartonnées. Dans ce petit paradis du livre d'occasion, deux libraires vous guident au gré de vos envies. Émerveillé, je repars avec deux bouquins et ce, pour presque rien.

Fouettard, Fouras, Lachaise, Castor... De tous les Pères, c'est Pénard qui m'a mis d'accord : sa librairie est une vraie mine d'or ! Le bougre pue le vieux, certes, mais a encore toute sa tête. Je lui dépoussière le tympan : « Père Pénard, Père Pénard, raconte-moi une histoire » ; ce à quoi il me rétorque : « BD World Of Warcraft ? Thriller policier ? Livre coquin ? Classique ? Histoire des Rois de France ? Il me faudrait une vie entière pour te conter tout ce que j'ai dans ces étagères ».

Si « le livre est une fenêtre par laquelle on s’évade », la boutique du Père Pénard est une invitation au voyage. Vous y trouverez un choix d’ouvrages impressionnant, autant de petites fenêtres qui ne demandent qu’à être ouvertes. Des exemplaires exclusivement d’occasion, revues, classiques de la littérature, ou livres pour enfants, attendent qu’on leur offre un second souffle. Non, l’industrie du livre ne disparaîtra pas, le Père Pénard veille.

« Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. » Comme Proust et sa Madeleine, je fus transporté par la délicieuse odeur de livres anciens et par le craquement du plancher de cette discrète librairie en bord de Saône. Perdu dans le dédale du Père Pénard, me voilà retourné à l’époque où je me cachais sous mes draps une lampe à la main, au temps où les livres étaient encore rois.

« Tante Marie, 24 décembre 1941. » Assise sur le parquet de la mezzanine, je tourne les pages de ce vieil exemplaire de Gédéon. Émue, je me souviens de toutes ces heures passées à recopier dans mon carnet mes citations préférées. Intriguée, je pars à la découverte de la salle des romans policiers. Curieuse, je feuillette quelques bandes dessinées. Heureuse, je me dis qu’aujourd’hui le luxe c’est de pouvoir passer une heure dans cette librairie.

À en croire le récent succès des formats électroniques, le livre papier est irrémédiablement sur le déclin. Pris toutefois d’un doute soudain, je courus sur-le-champ rencontrer le Père Pénard. Sa bibliothèque labyrinthique au parfum de parchemin et au parquet grinçant est un temple du vintage où se côtoient romans, bandes dessinées et revues spécialisées d’un autre temps. Mon enthousiasme fut si grand que je m’écriai : « L’encre et le papier sont morts ! Vivent l’encre et le papier ! »

Tel Thésée avec sa bobine de fil, je m’aventure dans les recoins de ce labyrinthe où les livres grimpent jusqu’au plafond. Perché sur mon échelle, je scrute la montagne de BD qui me barre le chemin. Alors que j’erre dans les recoins obscurs, Père Pénard me glisse un indice. Je parviens alors à retrouver mon tome préféré des Séries Noires et m’en délecte, adossé contre une pile de revues de collection. La chance est avec moi, j’atteins l’antre cachée à l’étage où sont conservées les dernières merveilles de ce dédale.

On ne sait pas grand chose du Père Pénard. Il habiterait enfermé dans une drôle de maison dans laquelle règnerait une ambiance magique. Le parfum de livres brunis par le temps et l’esprit des auteurs hanteraient les lieux. Caché entre les immenses piles de livres et revues qui sillonnent les multiples pièces, il est impossible de le retrouver. Malheureusement, tout cela ne pourra jamais être vérifié car tous ceux qui y ont mis les pieds n’ont jamais voulu la quitter.

Papa est en haut, il lit une revue de psycho. Maman est en bas, elle va bientôt découvrir qui a commis l’assassinat. La plus grande à l’entresol rêve de droite à gauche, plongée dans un manga. Le p’tit dernier découvre une des innombrables BD qui jonchent les étagères de cet endroit. Et moi j’observe le père pénard, qui prend passionnément soin de tout ce p’tit monde dans sa collec’ de bouquins anciens et d’occasion qui en rendrait jaloux plus d’un.


Adresse

  • 2 Quai Fulchiron
  • 69005 Lyon

Horaires

  • Lundi : 10h-12h | 14h-19h
  • Mardi : 10h-12h | 14h-19h
  • Mercredi : 10h-12h | 14h-19h
  • Jeudi : 10h-12h | 14h-19h
  • Vendredi : 10h-12h | 14h-19h
  • Samedi : 10h-19h
  • Dimanche : 10h-13h | 15h-19h

Indisponible

L'établissement s'exprime


L'établissement n'a pas encore laissé de message personnalisé.

Avis & recommandations

Avis de Laboud

Publié le : 05 déc. 2019

Ha ça on est pénard quand on y va, pas un chat ! Heureusement qu'il y a la libraire pour nous tenir compagnie

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus