Le Plato

2020

Tout comme le Plateau de la Croix-Rousse, le Plato est un lieu chic et bohème, qui propose des produits frais et où l'on prend le temps de vivre. Plateau, Plato, deux orthographes, même combat.

2019

Grande salle boisée, pergola de lumière,La cuisine est ouverte, le plafond est de verre.Des poivrons jaunes, en velouté rafraîchissant,Surprenant millefeuille, onglet de veau fondant.Dans les plats, de la saveur avant toute chose.

2018

Ce soir-là j'avais envie d'inviter une amie partager un dîner de qualité à la Croix-Rousse. Au Platô, on appréciera la cuisine raffinée et recherchée du chef Therriaud. On fond avec le velouté de potimarron aux éclats de châtaignes caramélisées et au foie gras. On déguste avec passion le filet de bœuf poêlé façon Rossini et son jus aux truffes. Eh oui, ce soir, on se fait plaisir, tout ça dans un décor élégant. Une belle soirée servie sur un Plato.

Cette salle ressemble à un salon, on y cause tranquillement. Ma mousseline de homard au pain d'épices et au beurre blanc est une valse de sensations, parfois si enivrante que je n'arrive plus à distinguer le goût du homard et le goût du beurre blanc. Je reprends mon souffle sur des Saint-Jacques impeccablement cuites et un quasi de veau finement coupé. Plus que quelques notes pâtissières et je fermerai les yeux en songeant « mes compliments au chef d'orchestre ».

2016

Sous la verrière, la jeunesse de la clientèle détonne avec le chic du lieu. La lumière éclatante en journée s’oppose au calme du soir. Le classicisme d’un saumon fumé tranche avec l’originalité des tempuras de gambas, le capuccino de homard contraste avec la sauce aux truffes. Ce sont finalement un service discret mais très agréable et un vin délicieux qui créent l’harmonie d’un excellent repas.

Toi qui t’amouraches des mélodies lyonnaises, n’hésite pas à monter d’une octave jusqu'au Platô de la Croix-Rousse : il s’y joue une belle sérénade. Le chef du Platô dirige à merveille l’orchestre des cuisines. Concerto de tartare de thon agrémenté de germes et citrons sans bémol, symphonie de bœuf poêlé façon Rossini ou autres belles compositions sont toujours cadencées par une gamme de vins travaillée. Le chœur des desserts soutient jusqu'au final.

Plein de courage, je me chausse et attaque l’ascension de la colline de la Croix-Rousse. La rando à peine commencée, une passante m’ôte déjà la carte des mains. Je vais devoir faire appel à mon sens de l’orientation. La première portion du GR est sympa et la beauté du paysage de homard frais se révèle petit à petit. La suite de la balade ne me surprend pas, sauf peut-être l’addition : avec un dénivelé pareil, je m’attendais à une plus belle randonnée.

« Thibault ! Tes coudes ! Un peu de tenue voyons ! Le cadre est plus soigné que la galerie des glaces, on va se faire remarquer ! Tiens-toi droit, bon sang ! Et ferme la bouche quand tu manges ! T’as déjà gobé le pressé d’aubergine comme un flamby, alors sois gentil, tu n’es pas obligé de saucer ce qu’il reste du filet de bœuf comme un mort de faim… Et puis merde, c’est vrai qu’elle est incroyable la sauce au vin… Bon, mais discret alors, passe-moi un morceau de pain. »

Un dîner sous un ciel étoilé de guirlandes ? Sa maîtresse aurait-elle décommandé ? Mon mari s’en remet vite et boit les bons conseils de la serveuse pour choisir le vin. Mais il se plaint que son mesclun de homard baigne dans la sauce. Au jeu du repas ce soir, je suis gagnante et savoure mon pavé de sandre aux morilles. Lui, déçu, n’a d’yeux que pour sa montre. Ce nougat glacé aux fruits confits sera ma seule douceur de la soirée. Heureusement, les fauteuils de cuir étaient là pour m’enlacer.

La colline de la Croix-Rousse recèle une piste oubliée. Bien arnaché dans mon seyant fauteuil, les yeux levés vers les guirlandes du plafond, je rêve que je crapahute sous la voûte céleste en montagnard de la nuit. La montée commence avec un tartare de Saint-Jacques qui me propulse en altitude, je franchis un nouveau palier avec la côte de veau poêlée et le croustillant de fraise me fait atteindre des sommets. Loin d’une expédition, une ascension du goût. Le Plato, un premier de cordée RPPP.


Adresse

  • 1 Rue Villeneuve
  • 69004 Lyon

Horaires

  • Lundi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Mardi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Mercredi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Jeudi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Vendredi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Samedi : 12h-14h30 | 19h30-22h30
  • Dimanche : Fermé

Indisponible

L'établissement s'exprime


L'établissement n'a pas encore laissé de message personnalisé.

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus