#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ? - 28/01/2021

Une ampoule qui saute ? Une tringle à fixer ? Une répugnante toile d’araignée suspendue à aspirer ? Habitant à Lyon depuis toujours ou ayant débarqué depuis à peine 24h, vous avez immanquablement déjà sollicité vos voisins si vous avez opté pour un de ces appartements lyonnais haut de plafond. Armé d’une échelle en vous prenant pour un combattant du feu ou bien perché en haut d’un escabeau dont on appréhende toujours la sûreté, on vous explique pourquoi les architectes de l’époque font qu’aujourd’hui un simple changement d’ampoule est devenu une aventure rocambolesque !

Désormais, chaque semaine le Petit Paumé répondra à une question que le pélo se pose. Qui est le pélo ? C’est une personne, une personne lyonnaise qui s’interroge, s’étonne, se déconcerte. Sur des sujets profonds, mais surtout moins profonds. Si en tant que pélo, des questions devenues de réelles énigmes de la vie se bousculent dans votre esprit, on compte sur vous pour nous les partager, le Petit Paumé s’engage à y trouver une explication (presque) rationnelle ! Gare aux acrophobes, aujourd’hui on vous partage l’origine des hauteurs de nos plafonds qui nous sont si chères…

  1. Première hypothèse : Un signe de noblesse et un savoir-faire différent

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?-0

Source : Meljac.net

Jugée sinistre par certains, majestueuse par d’autres, la hauteur de plafond était un moyen de montrer sa richesse à l’époque puisqu’un impôt sur les fenêtres était imposé en France de 1798 à 1926. Son assiette était établie sur le nombre et la taille des portes et fenêtres qui donnaient entre autres sur la voie publique, sur les cours et sur les jardins. La classe la plus aisée utilisait ainsi l'impôt sur les fenêtres comme référence pour déterminer qui était riche et qui ne l'était pas. Par ailleurs, les méthodes et savoir-faire de construction étaient bien différents de nos jours et la suppression de sections de murs pour y insérer des fenêtres était plus limitée. Pour fournir un meilleur éclairage et une meilleure ventilation, des fenêtres plus hautes nécessitant des murs plus élevés ont donc été pensées.

  1. Deuxième hypothèse : Une question de fumée et de chauffage

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?-1

Source : Atmo Auvergne-Rhônes-Alpes

Avant le XXème siècle, la fumée et autres vapeurs étaient largement répandues dans les habitats, que ce soit à cause des méthodes d’éclairage (lanternes à gaz et à pétrole, bougies) ou avec le tabagisme. Des plafonds élevés aidaient à dissiper cette brume légère loin du visage des occupants et évitaient une propagation dans les chambres et un noircissement des plafonds. Le chauffage à la cheminée imposait également des plafonds hauts pour laisser l’émanation monter sans enfumer la pièce. Pendant les chauds mois d’été, bénéficier de pièces peu encombrées avec une meilleure circulation de l'air, permettait une saison plus soutenable. La différence de température entre le sol et le plafond allait jusqu’à 4 degrés Celsius.

  1. Troisième (et dernière) hypothèse : Une activité propre à Lyon

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?-2

Source : Lyon Plus

Finalement, l’explication des hauteurs de plafond à Lyon lui est propre ! Surtout connus pour leurs révoltes, ce sont également aux ouvriers de la soie à qui l’on doit nos hauteurs puisqu’on devait pouvoir installer dans leur appartement leur atelier complet, comprenant notamment leurs volumineux métiers à tisser. L'atelier de travail étant familial, l'appartement de canuts était organisé en fonction de la cohabitation travail-famille. Côté fenêtre se trouvaient les métiers, alors que dans le coin le plus sombre, une soupente était aménagée : la partie haute hébergeait la chambre, la partie basse servait de cuisine.

Désormais, vous ne penserez plus que nos prédécesseurs lyonnais mesuraient plus de 3m50 et détenez le secret de ce qui peut vous causer bien des gymnastiques ! Mais finalement, c’est plutôt sympa de garder un héritage de ce qui fait notre renommée non ? 😉

Mathilde

source photo icône : Art et architecture Art Déco

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?
Redécouvrir Lyon - 28/01/2021 00:00:00

Une ampoule qui saute ? Une tringle à fixer ? Une répugnante toile d’araignée suspendue à aspirer ? Habitant à Lyon depuis toujours ou ayant débarqué depuis à peine 24h, vous avez immanquablement déjà sollicité vos voisins si vous avez opté pour un de ces appartements lyonnais haut de plafond. Armé d’une échelle en vous prenant pour un combattant du feu ou bien perché en haut d’un escabeau dont on appréhende toujours la sûreté, on vous explique pourquoi les architectes de l’époque font qu’aujourd’hui un simple changement d’ampoule est devenu une aventure rocambolesque !

Désormais, chaque semaine le Petit Paumé répondra à une question que le pélo se pose. Qui est le pélo ? C’est une personne, une personne lyonnaise qui s’interroge, s’étonne, se déconcerte. Sur des sujets profonds, mais surtout moins profonds. Si en tant que pélo, des questions devenues de réelles énigmes de la vie se bousculent dans votre esprit, on compte sur vous pour nous les partager, le Petit Paumé s’engage à y trouver une explication (presque) rationnelle ! Gare aux acrophobes, aujourd’hui on vous partage l’origine des hauteurs de nos plafonds qui nous sont si chères…

  1. Première hypothèse : Un signe de noblesse et un savoir-faire différent

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?-0

Source : Meljac.net

Jugée sinistre par certains, majestueuse par d’autres, la hauteur de plafond était un moyen de montrer sa richesse à l’époque puisqu’un impôt sur les fenêtres était imposé en France de 1798 à 1926. Son assiette était établie sur le nombre et la taille des portes et fenêtres qui donnaient entre autres sur la voie publique, sur les cours et sur les jardins. La classe la plus aisée utilisait ainsi l'impôt sur les fenêtres comme référence pour déterminer qui était riche et qui ne l'était pas. Par ailleurs, les méthodes et savoir-faire de construction étaient bien différents de nos jours et la suppression de sections de murs pour y insérer des fenêtres était plus limitée. Pour fournir un meilleur éclairage et une meilleure ventilation, des fenêtres plus hautes nécessitant des murs plus élevés ont donc été pensées.

  1. Deuxième hypothèse : Une question de fumée et de chauffage

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?-1

Source : Atmo Auvergne-Rhônes-Alpes

Avant le XXème siècle, la fumée et autres vapeurs étaient largement répandues dans les habitats, que ce soit à cause des méthodes d’éclairage (lanternes à gaz et à pétrole, bougies) ou avec le tabagisme. Des plafonds élevés aidaient à dissiper cette brume légère loin du visage des occupants et évitaient une propagation dans les chambres et un noircissement des plafonds. Le chauffage à la cheminée imposait également des plafonds hauts pour laisser l’émanation monter sans enfumer la pièce. Pendant les chauds mois d’été, bénéficier de pièces peu encombrées avec une meilleure circulation de l'air, permettait une saison plus soutenable. La différence de température entre le sol et le plafond allait jusqu’à 4 degrés Celsius.

  1. Troisième (et dernière) hypothèse : Une activité propre à Lyon

#lePéloPerplexe : Pourquoi les plafonds des appartements traditionnels lyonnais sont-ils si hauts ?-2

Source : Lyon Plus

Finalement, l’explication des hauteurs de plafond à Lyon lui est propre ! Surtout connus pour leurs révoltes, ce sont également aux ouvriers de la soie à qui l’on doit nos hauteurs puisqu’on devait pouvoir installer dans leur appartement leur atelier complet, comprenant notamment leurs volumineux métiers à tisser. L'atelier de travail étant familial, l'appartement de canuts était organisé en fonction de la cohabitation travail-famille. Côté fenêtre se trouvaient les métiers, alors que dans le coin le plus sombre, une soupente était aménagée : la partie haute hébergeait la chambre, la partie basse servait de cuisine.

Désormais, vous ne penserez plus que nos prédécesseurs lyonnais mesuraient plus de 3m50 et détenez le secret de ce qui peut vous causer bien des gymnastiques ! Mais finalement, c’est plutôt sympa de garder un héritage de ce qui fait notre renommée non ? 😉

Mathilde

source photo icône : Art et architecture Art Déco

Notre site utilise des cookies pour vous assurer la meilleure expérience possible.

En savoir plus